Guinée : Sur Twitter, les opposants au 3ème mandat d’Alpha Condé en position de force avec le mouvement #Amoulanfé

Publié par AfriquesConnectees le

Depuis quelques mois les réseaux sociaux guinéens sont en pleine effervescence. En débat, la volonté de l’actuel Président Alpha Condé de doter la Guinée d’une nouvelle Constitution à quelques mois du terme de son deuxième et dernier mandat. L’opposition et de nombreux acteurs de la société civile, réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), protestent dans les rues du pays depuis le mois d’octobre contre la démarche d’Alpha Condé et de son parti le RPG Arc-en-Ciel. L’opposition fédérée accuse Alpha Condé de vouloir changer la constitution pour briguer un 3ème mandat, illégal au regard de la constitution actuelle.

Sur les réseaux sociaux, deux camps s’affrontent, polarisés autour du mot d’ordre #Amoulanfé (anti-référendum et 3ème mandat), littéralement “ça ne marchera pas” en Soussou (l’une des 3 langues les plus parlées en Guinée avec le Malinké et le Peul), et de son opposé #Alanmané (pro-3ème mandat). Afriques Connectées, en partenariat avec la plateforme Visibrain, a collecté près de 47 300 tweets relatifs au référendum constitutionnel et au potentiel 3ème mandat d’Alpha Condé entre le 9 décembre 2019 et le 22 janvier 2020. L’Observatoire Afriques Connectées vous propose de plonger dans ces conversations pour découvrir les dynamiques de mobilisation et les rapports de force entre les deux camps sur Twitter.

Les manifestations du FNDC rythment l’activité sur Twitter

Les principaux pics de visibilité et de discussion sont corrélés au processus d’avancement politique du projet de nouvelle Constitution mais aussi aux manifestations du FDNC, qui figurent parmi les principales sources de visibilité du débat en ligne.

Le principal pic est survenu le 19 décembre, lorsque le Président Alpha Condé a annoncé sur la chaîne TV nationale, la RTG, l’élaboration d’une nouvelle Constitution qui sera prochainement soumise au peuple par voie référendaire.

Les manifestations du 10 décembre, du 6 janvier et celles, quotidiennes, débutées à compter du 13 janvier, ont permis à l’opposition de se distinguer comme le plus gros pourvoyeur de discussions en ligne. En dehors de l’annonce faite par Alpha Condé le 19 décembre, c’est bien la mobilisation anti-3ème mandat qui dicte le tempo des conversations en ligne.

Timeline des retombées du 9 décembre 2019 au 22 janvier 2020

Sur Twitter, l’opposition prend le dessus

Rassemblés au sein du Front National pour la Défense de la Constitution, le FNDC, les partis d’opposition et la société civile font aussi front commun en ligne. Sur les 490 comptes les plus actifs et influents sur les réseaux sociaux, la communauté d’opposition rassemble sensiblement plus de comptes que la communauté de la mouvance présidentielle (38 % pour l’opposition, représentée en rouge, et 18 % pour la mouvance présidentielle représentée en vert). La communauté de l’opposition s’avère bien plus vaste et plurielle, réunissant des profils variés et davantage en interactions avec des comptes de journalistes et de médias internationaux, d’une part, d’institutionnels et d’ONGs d’autre part.

La communauté de la mouvance présidentielle présente de son côté une typologie de profils plus resserrée, dont la quasi-totalité est acquise à Alpha Condé. Également moins active, cet écosystème militant peine à peser dans le rapport de force sur Twitter. Celui-ci est principalement porté par les comptes du Premier ministre @IbrahimaKFofana et des ministres @gcurtisgn et @naitemoustapha.

Les comptes d’opposition, plus influents, parviennent à susciter plus d’adhésion auprès d’une audience plus large, composée de davantage de comptes apolitiques et non partisans, tandis que la mouvance présidentielle ne suscite des interactions qu’auprès d’un cercle circonscrit aux militants et cadres du RPG-Arc-en-Ciel.

Sur cette cartographie, chaque nœud (point) représente un compte. La taille des comptes est proportionnelle à leur influence au sein du réseau de conversation (Eigenvector centrality). Les relations entre deux comptes (RT, mention) sont représentées par un lien, l’épaisseur de celui-ci est proportionnelle à l’intensité des échanges entre les deux comptes. Par souci de lisibilité, cette cartographie rend visible les 489 comptes Twitter les plus actifs et influents (sur près de 10 000 comptes) et les 7 950 liens les connectant (sur près de 18 000 au total) dans les conversations Twitter sur le référendum constitutionnel.

Les opposants font cause commune

Réunis autour d’une cause commune au sein du FNDC, dont le compte Twitter fait office de compte pivot des revendications contre le 3ème mandat, les différents comptes de l’opposition allient également leurs forces sur les réseaux sociaux. Cette alliance digitale leur permet de mobiliser leurs communautés respectives et ainsi de susciter de forts taux d’engagement, de porter leurs messages à une audience massive et, in fine, de gagner aisément le rapport de force contre les comptes de la mouvance présidentielle sur Twitter.

Sidya Touré, Président du parti d’opposition UFR, apparaît comme pleinement intégré à la communauté du FNDC. Sa communauté semble se confondre avec cette dernière, si bien que ses interactions proviennent essentiellement de comptes se revendiquant du FNDC sans bénéficier d’une communauté de soutien propre à son parti.

Les deux autres grandes figures de l’opposition politique, Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition et président du plus grand parti d’opposition l’UFDG, et Bah Oury, ancien membre de l’UFDG ayant coupé les relations avec le parti avant de lancer le sien, tous deux liés au FNDC, possèdent leur propre communauté en ligne, en témoignent leur positionnement et leur importance sur la cartographie.

Il faut cependant relativiser et nuancer l’influence et l’importance de Bah Oury, son compte ayant suscité un grand nombre d’interactions à la suite d’un piratage et la diffusion d’une “image pornographique”, ce qui explique une partie de sa visibilité dans la cartographie, contextuelle au moment de la réalisation de notre analyse.

Cellou Dalein Diallo s’impose dès lors comme le membre de l’opposition le plus influent sur Twitter. Bien que son activité soit moins intense que celle des deux autres leaders, il est, de loin, l’homme politique guinéen qui suscite le plus d’engagement sur Twitter. Quatre de ses tweets figurent dans le top 10 des tweets les plus retweetés sur la période analysée, ayant suscité 844 RT, loin devant Bah Oury (@bahourykigna) avec 700 RT suscités et Sidya Touré (@sidyaofficiel), 197 RT suscités.

Une myriade de comptes experts ou activistes pour faire barrage au 3ème mandat

Le compte @Amoulanfe2020, se présentant comme un collectif non partisan engagé contre le 3ème mandat, se place parmi les comptes les plus influents de la mobilisation en ligne. Avec plus de 1300 RT suscités sur la période, il est le 4ème compte le plus repris derrière les médias nationaux @VisionGuinee et @Guineematin, et le @FNDC_Gn. Très actif en terme de veille et de riposte, la force de ce compte est de publier régulièrement des contenus propres, avec des infographies et des montages vidéos très relayés dénonçant la mainmise d’Alpha Condé sur les affaires politiques et économiques du pays.

L’opposition contre le 3ème mandat d’Alpha Condé s’appuie également sur des comptes secondaires mais néanmoins influents regroupant des profils variés avec des experts et blogueurs comme @RIFCHEDIALLO, @witterlims ou encore @sbskalan (qui a lancé récemment #AlloColéah, équivalent de #AlloBeauveau de @davduf en France) et des militants et activistes comme @ambangoura, @kalilLeGeneral, @FodeBALD2 et @fareinta.

Les médias @VisionGuinée, @Guineematin, les journalistes @CarolValade et @sidyyansane, pour leur activité de relais d’information, sont très souvent repris et mentionnés par les comptes d’opposition, ce qui explique leur présence dans cette communauté.

La mouvance présidentielle écrasée et mise à l’écart par l’opposition

La difficulté de la mouvance présidentielle à peser dans les conversations s’explique aisément au regard du positionnement politique de leur leader Alpha Condé et de son silence fallacieux sur sa volonté de faire un 3ème mandat. S’abstenant de se déclarer officiellement à l’heure actuelle, il laisse pour simple possibilité à ses partisans de faire la promotion du référendum pour une modification constitutionnelle sans réel argument tandis que l’opposition communique autour d’un argument fort et mobilisateur : le lien entre nouvelle constitution et 3ème mandat.

Ce positionnement inavoué du Président Alpha Condé laisse ses soutiens dans l’embarras. Les comptes institutionnels de l’Etat se retrouvent marginalisés, ce sont ainsi les hommes politiques (ministres et chargés de communication) qui concentrent les débats. Les comptes personnels des ministres ont supplanté les comptes des Institutions, en témoigne @GouvGN qui n’a rien publié depuis juin 2019, le compte n’apparaît dans la cartographie qu’en raison du fait qu’il continue d’être mentionné.

Le top 5 des hashtags illustre la difficulté de la mouvance présidentielle à s’imposer dans les conversations et son incapacité à rassembler autour de mots d’ordre clairs. Le hashtag #Alanmané, porté par les pro-Condé, est quasi-inexistant contrairement au hashtag #Amoulanfé qui arrive presque à égalité avec le hashtag #kibaro qui est utilisé pour concentrer l’intégralité des tweets relatifs à la Guinée.

Présence duale d’Alpha Condé sur Twitter

Deux comptes se présentent comme étant ceux du Président Alpha Condé : @President_Gn et @AlphaCondePRG. Aucun n’a la certification Twitter et tous deux affichent des habillages, lignes éditoriales et actualités similaires.

Tandis que @President_GN apparait dans la même communauté que les comptes de la mouvance présidentielle (communauté verte), le compte @AlphaCondePRG fait davantage l’objet d’attaque de la part des comptes proches du FNDC (d’où sa présence dans la communauté rouge) tout en présentant une forte proximité avec les comptes de la mouvance présidentielle à travers de nombreuses reprises de la part de comptes ministériels ou pro-Condé. Le compte @AlphaCondePRG est celui des deux comptes qui suscite le plus de RT, 361 contre 302 pour @President_Gn sur la période analysée. C’est plus de deux fois moins que ceux engrangés par Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition.

@Prof_AlphaCondé est un compte ouvertement parodique, il est cependant le compte au nom d’Alpha Condé qui a le plus de followers, près de 50 000.

Top 10 des comptes les plus mentionnés (source Visibrain)

Les comptes d’opposition à la recherche de soutien auprès de la communauté internationale

En bas de la cartographie, intégrés à la communauté FNDC engagée contre le 3ème mandat, se retrouvent les comptes internationaux : @ndi, @ecowas_cedeao, @_AfricanUnion, @JY_LeDrian, @EmmanuelMacron, @AOuattara_PRCI, @GEJoanathan… qui font pour la plupart l’objet d’interpellation des comptes d’opposition les appelant à l’aide ou à des prises de parole contre le 3ème mandat. L’actualité internationale d’Alpha Condé donne aussi l’occasion à l’opposition d’élargir la visibilité de ses interpellations et de faire connaître son combat au delà des milieux initiés.

La mouvance présidentielle a été bousculée quelques jours fin janvier par une grève des communicants du RPG dont les revendications portaient sur une augmentation de leurs indemnités et une valorisation de leur fonction. Ces comptes, peu nombreux mais très actifs, sont régulièrement accusés de véhiculer des fake news en faveur de leur candidat ou dénigrant ses opposants. Si ceux-ci ont obtenu gain de cause auprès de leur parti, il est peu probable que la reprise de leur activité change le rapport de force. En Guinée, Twitter dit #Amoulanfé.

twitterlinkedin
Catégories : Etudes